[Quête de l'Epée d'Hadès] Sanctuaire de Déméter : Savane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Quête de l'Epée d'Hadès] Sanctuaire de Déméter : Savane

Message  Ex Mû le Mer 26 Juil - 9:09

[HRP :

post pour les personnages de Yoruba et Calios


Fin HRP]




La savane. Quiconque se trouvant en ce lieu ressentirait une sensation de panique face à l’immensité l’entourant. Une savane en un tel lieu semblait incroyable et pourtant, impossible de nier l’évidence. Ainsi était les pouvoirs de Déméter. Ce royaume était sous la responsabilité de l’un des Secters de la garde animale.
Surplombant la faune et la flore locale, une immense falaise s’élevait dans les cieux dénués de nuage, soumis à la chaleur insoutenable distillé par l’astre du jour. Au sommet de cette falaise un homme est assis en tailleur, surplombant, observant le territoire sauvage. Les yeux clos, le visage dur, il semble plongé dans une intense séance de méditation. Le soleil frappant de plein fouet sa peau d’ébène dénudé de tout vêtement hormis un pagne. Une transpiration légère laissait de légères gouttes glisser sur sa musculature saillante synonyme de sa carrure impressionnante. Ainsi était Yoruba, le gardien de ce Royaume, protégé par le Lion de Némée.
Un léger souffle de vent apparut avant de repartir aussi rapidement qu’il n’avait fait irruption. Lentement, un sourire se dessina sur les lèvres de l’homme d’origine africaine. L’homme qui l’avait recueilli au nom de Déméter venait de le rejoindre. En effet, un à un les bruits de pas s’approchant de l’homme en tailleur marquait l’arrivée de ce visiteur aérien. Yoruba décida alors de briser le silence…



Seigneur Calios. C’est un honneur de vous recevoir dans mon humble domaine.


Un sourire illumina le visage jusqu’alors inexpressif de l’arrivant. Contraste totale de son vis-à-vis, celui que Yoruba venait de nommer Calios était revêtu d’un longue cape blanche masquant chaque partie de son corps et ne dévoilant qu’un visage au trait fin, dégageant un autorité innée. S’approchant encore, l’homme blanc posa sa main sur l’épaule de Yoruba. Leurs deux regards se portaient désormais vers l’horizon, admirant l’œuvre de leur Déesse.


Mon cher Yoruba, l’œuvre de notre Déesse est impressionnant. Ton royaume est un tombeau pour tes ennemis.


Seigneur Calios, vous n’êtes pas venu me voir uniquement par courtoisie ?


Ahahah… toujours aussi direct. Voila pourquoi je t’apprécie tant. L’œuvre de notre Altesse est en marche Yoruba, bientôt l’ennemi marchera sur notre domaine. Ainsi je fais le tour de mes hommes, je souhaite m’assurer de notre victoire. Personne ne doit franchir ce Royaume, tu m’as compris Yoruba ?


C’est une évidence… J’attends cet instant depuis si longtemps…


Des images fusèrent alors dans l’esprit de l’homme à la peau d’ébène. Sa jeune enfance dans les plaines africaines. L’aridité, la mort, la souffrance. Puis la rencontre avec cet homme qui l’avait mené si loin de sa terre natale, de sa jeune sœur désormais seule au monde. Il avait cru que son destin avait pris une tournure faite de paix. Mais la folie en avait jugé autrement. Ainsi, les premiers mois lui apportèrent l’espoir. Le Sanctuaire était un lieu de quiétude et il ambitionnait maintenant de rejoindre les Saints, garants de la justice universelle sous l’égide d’Athéna, la Déesse Sage et Guerrière. Mais l’ombre rodait, et le destin bascula en si peu de temps… une simple nuit… le Sanctuaire avait basculé, la folie s’en était emparé avec la trahison de celui qui était respecté de tous. Et le Grand Pope, jusqu’alors homme sage et miséricordieux devint fou. L’ordre régnait, non par l’écoute mais par la terreur. Les Saint d’Argent, tous grec, terrorisaient les jeunes apprentis, notamment les non continentaux, notamment lui, ce nègre, ce sous homme indigne de revêtir l’Armure Sacrée… Mais il résista, longtemps, difficilement, son objectif, son rêve lui permettant de tenir. Bientôt il serait en mesure de relever le défi lancé par son destin, bientôt il serait apte à passer l’épreuve de l’armure la plus puissante de toute, l’armure d’or du Lion.
Mais la nuit est parfois destructrice. Et une fois de plus elle brisa son rêve par le puissant bras de deux Silver Saint… Laissé pour mort, il s’enfuit du Sanctuaire avant de finalement rencontrer son destin, la réelle cause de sa venue au monde en la personne de Calios…



Ce regard… Tel le lion, tu attends ta proie, souhaitant voir le sang couler…


Seigneur Calios, aucun Saint ne traversera mon Royaume en vie, j’en fais le serment. Ils paieront ce que j’ai subi… au centuple. Le lion a faim, et il n’achèvera sa sentence que lorsqu’il sera repu.
Veuillez m’excuser, mais je dois me retirer, je sens l’approche du combat, je dois mettre au point mon plan de chasse.



Ainsi Yoruba se leva, un rictus maléfique ornant son visage. Telle détermination pourrait impressionner quiconque mais Calios ne l’était nullement, il ressentait uniquement la fierté de compter dans ses rangs un tel combattant, fier et impitoyable, juste et fort. La revanche animait ce combattant et sa vengeance n’existera que dans le sang, le sang des Saints de cette Déesse sotte.
Ainsi Calios quitta la falaise, repartant vers de nouveaux horizons, Yoruba s’engouffrant de son côté dans une petite grotte de laquelle s’échappait une timide lumière blafarde…
avatar
Ex Mû
Modérateur et Chevalier d'or du Bélier
Modérateur et Chevalier d'or du Bélier

Masculin
Nombre de messages : 1193
Ordre : Chevalier d'Athéna à la retraite
NIVEAU : III
Date d'inscription : 23/10/2005

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum